Goutal La Violette : mon avis ! (pyramide olfactive, tenue...)

Goutal La Violette : une délicieuse madeleine de Proust !

goutal violette avis

Ma maison de parfum de cœur qui travaille l’une de mes fleurs favorites… Comment résister à l’envie d’aller plonger le nez dans La Violette de Goutal Paris ?

Si vous avez une sensibilité toute particulière pour cette fleur délicate qui fait le bonheur des parfumeurs mais aussi des confiseurs, il y a de fortes chances pour que vous succombiez tout comme moi à cette création.

Goutal Paris La Violette : mon avis !

annick goutal la violette

La violette en tant que matière première de la parfumerie.

J’adore l’odeur des violettes ! Le jardin de mon enfance en était tapissé. On les chassait une à une avec ma grande sœur pour en faire des bouquets, on les faisait sécher avant de les coller dans notre herbier avec tout le sérieux et la concentration que cette tâche bien minutieuse peut exiger d’un enfant de cet âge. Puis, la violette, c’est également dans mon souvenir le parfum de ma mère. Non pas l’odeur de sa peau, mais des succulents bonbons dont je raffolais et que j’allais lui chiper dans son sac. Une véritable madeleine de Proust, qui me fait immanquablement regoûter à l’insouciance de l’âge tendre !

On ne peut pas dire que ce soit une fleur rare en parfumerie – on la trouve dans de nombreux parfums féminins et masculins -, mais il existe très peu de soliflores autour de la violette, de fragrances où elle occupe la place de reine. Tout du moins, c’est surtout le cas aujourd’hui car au XVIII° siècle, c’était la fleur prisée par toutes les coquettes. On la travaillait en poudre, en pommade, en essence… Raison pour laquelle elle s’est sans doute éclipsée durant les dernières décennies dans les notes de cœur, certains pouvant la juger (à tort) désuète, n’étant plus exploitée qu’en tant que liant ou pour illustrer une idée de douceur florale au sein d’un bouquet.

goutal la violette

C’est pourtant une matière considérée comme noble ! Si la fleur en tant que telle ne l’est pas, en parfumerie, la violette est un ingrédient très précieux puisque difficile à extraire. Tout comme le muguet, le lilas, le gardénia et bien d’autres, il s’agit d’une fleur muette, c’est-à-dire qu’il est impossible en utilisant les techniques traditionnelles de parvenir à extraire son parfum.

Pour utiliser la violette en parfumerie, deux solutions : soit on utilise une essence de feuille de violette, soit on fait appel aux ionones, des molécules de synthèse, pour restituer de manière plus fidèle l’odeur de cette fleur qui se fait tant désirer.

Selon la direction qu’une maison souhaite donner à son parfum, il est ainsi possible, selon la molécule que l’on va sélectionner, de teinter sa violette de différentes facettes : poudrée si l’on souhaite rappeler les poudres et onguents cosmétiques, camphrée si au contraire, on préfère évoquer son caractère végétal et odoriférant. Il existe tout un tas de molécules qui permettent de capturer la violette dans un flacon, et donc autant de façon de la mettre en exergue !

En matière de soliflore, peu de parfumeurs sont réellement parvenus à me convaincre. Soit on tombe dans le cliché de la violette-bonbon, trop sucrée pour pouvoir apprécier un quelconque relief, soit le jus créé semble tout droit venu du siècle passé et développe un sillage trop daté pour pouvoir séduire les nouvelles générations.

goutal paris parfum la violette

La Violette de Goutal Paris.

« Espiègle et savoureuse comme un bonbon à la violette, tendre et rassurante comme le parfum des poudriers. Fraiche comme une balade dans un jardin rêvé. La violette douce et suave sublimée d’une pointe de rose. »

Notes : Violette, Feuille de Violette, Rose de Turquie, Framboises.

Date de création : 2001.

Parfumeurs : Isabelle Doyen, Camille Goutal.

La Violette de Goutal est à mon sens parfaite : claire et moelleuse, pas trop verte mais tout de même accompagnée de quelques feuilles, délicieusement poudrée, comme un bâton de rouge à lèvres, et enfin, juste colorée d’une pointe de sucre pour parvenir à évoquer la gourmandise que l’on associe inévitablement à cette fleur sans la dénaturer et la noyer sous le glucose.

Si on parle bien d’un soliflore – si vous cherchez un parfum qui sent la violette, c’est exactement ce que vous trouverez dans ce flacon -, la rose de Turquie n’est pas pour autant relayée au second plan. Elle est d’une beauté à couper le souffle, très naturelle à tel point que l’on s’imagine facilement le velouté de ses pétales charnus, son cœur légèrement « poivré ». Je suis certaine que même celles et ceux qui n’ont pas un odorat affuté pourront reconnaître que la rose utilisée ici est de qualité remarquable ! Quant aux framboises, elles viennent joliment rafraîchir sans apporter aucune acidité, de façon très subtile, à peine lisibles.

goutal la violette avis

parfum femme violette

La Violette de Goutal est définitivement une fragrance très agréable à porter, sans âge. Je l’imagine aussi bien dans le cou d’une jeune fille en fleur que sur une femme épanouie, et pourquoi pas sur la peau d’un homme, la violette étant souvent exploitée dans la parfumerie masculine. Un intemporel, néanmoins totalement dans l’air du temps avec son bel accent de naturalité ! C’est beau et simple, sans fioritures stériles, comme j’aime !

Si vous souhaitez la découvrir, dans son irrésistible flacon Godron, La Violette de Goutal Paris est disponible au prix de 125 € (100ml) sur la boutique en ligne goutalparis.com.

Des amoureuses de l’univers Goutal parmi vous ? Avez-vous déjà eu l’occasion de porter ce soliflore ?

Je vous dis à très vite,

Lili.

Résumé du post
Date de la revue
Produit
Goutal Paris La Violette
ma note
51star1star1star1star1star
Product Name
Goutal Paris La Violette
Price
EUR 125
Product Availability
Available in Stock
Needs and Moods

C'est toujours un plaisir de discuter beauté avec vous. N'hésitez pas à me laisser un petit mot en souvenir de votre passage sur le blog dans la zone de commentaires, ou à me rejoindre sur les réseaux sociaux !

1 Comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.